MON COUPLE, MON BIEN AIME - 2 - דעת - לימודי יהדות באור החסידות

MON COUPLE, MON BIEN AIME – 2

Etre réellement ensemble Le premier facteur primordial d’une vie de couple harmonieuse réside dans la compréhension de ne pouvoir réellement exister sans notre conjoint. L’homme doit comprendre qu’il ne peut se débrouiller tout seul dans ce monde, l’être humain appelle à sa complémentarité. Le couple représente la meilleure complémentarité. Chacun donne le meilleur de lui-même […]
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur print

MON COUPLE, MON BIEN AIME – 2

Etre réellement ensemble

Le premier facteur primordial d’une vie de couple harmonieuse réside dans la compréhension de ne pouvoir réellement exister sans notre conjoint. L’homme doit comprendre qu’il ne peut se débrouiller tout seul dans ce monde, l’être humain appelle à sa complémentarité.

Le couple représente la meilleure complémentarité. Chacun donne le meilleur de lui-même et reçoit en échange ce qui manque à son épanouissement.
Cette complémentarité s’effectue aussi bien au niveau matériel qu’au niveau émotionnel et profond.
Mais tout ceci ne représente encore pas l’union parfaite. En effet, lorsque la relation ne repose que sur le don et la réception, le respect mutuel, les vécus en commun, la relation ne repose pour l’instant encore que sur le côté extérieur de la vie et de l’âme.
Dans une telle relation chacun ne prend sa place que par rapport à ce qu’il peut donner et recevoir. La complémentarité n’est encore que partielle.

Un tel lien est un lien dépendant. Sous les entrailles de cette relation règne encore la peur de ce qu’il pourrait arriver si l’un de nous cessait de donner, de fournir, ou si le conjoint ressentait à un moment donné qu’il n’avait tout compte fait, plus tellement besoin de ce qui lui était proposé. Ou encore si l’un de nous ne se sentait plus vraiment capable d’assumer les besoins et attentes de son conjoint.
Ces fondations ne sont bonnes à soutenir qu’un amour dépendant.

Ne nous méprenons pas pour autant : ce niveau relationnel est cependant indispensable à la réussite du couple, il représente le premier échelon de l’amour.
Mais pour atteindre les profondeurs du couple il faudra creuser jusqu’aux racines, en lesquelles se trouve le joyau de cette union, l’entière symbiose, dénudée d’intérêts personnels, au-delà du don physique.

Un tel niveau d’harmonie demande un vrai regard : celui de l’identification profonde et sincère.
Un tel amour n’est plus dépendant d’une quelconque extériorité mais bien dépendant du fait que nous sommes un.
L’union réelle, profonde et sincère du couple passe par l’entité unique dans laquelle le second n’est rien autre que soi-même, « l’os de mes os, la chair de ma chair ».
Il ne s’agit plus de toi et moi, mais de Nous .
Ce degré est celui de l’unité, contraire à la solitude.

La foi dans le couple
La foi dans le couple est indispensable, vu que chacun est la moitié de l’autre, sa propre entité, la moitié du corps et la même âme.
Lorsque que l’on se trouve à l’étape de recherche de son conjoint, celle ci s’effectue de façon extérieure et terre à terre. Nous chercherons à savoir si cette personne là peut nous convenir, si nous avons des centres d’intêret communs , si nous pouvons nous sentir proche de cette personne, nous sentir un lien avec elle .
Ce n’est qu’en passant cette phase que nous pourrons ensuite atteindre un niveau de proximité beaucoup plus profond. Nous découvrirons alors que le lien qui nous attache est un lien intrinsèque, dénudé de toute réflexion et bien au-delà de l’entendement. Nous ressentons alors que cette personne n’est autre que la moitié de nous même.

Et nous comprenons alors qu’au-delà du choix personnel que nous avons fait, ce qui nous relie n’est autre que l’Eternel, la source de toutes les raisons. Ainsi c’est Lui qui nous même vers la Houppa afin de réunir nos deux moitiés.

Il ne nous suffira pas alors de savoir uniquement que nous sommes une seule et même âme, mais il faudra se comporter en tant que tel.

Nous nous devons de consacrer du temps à penser à notre conjoint, à se concentrer et comprendre son monde. La pensée profonde mène alors vers l’identification, à tel point que la douleur, la joie du conjoint devient la nôtre. Chacun ressent alors profondément le second.
C’est alors que nous ne nous sentirons plus jamais seul, mais toujours accompagné et uni.

Lorsque nous nous concentrons sur cela et que nous voyons le mérite que nous avons de partager notre vie avec cette personne, que nous ressentons l’importance et la joie de vivre ensemble, que nous ressentons un intêret véritable et profond, nous découvrons alors la dimension la plus profonde du couple.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller au contenu principal