fbpx

CONVERSER POUR FAIRE PLUS AMPLE CONNAISSANCE

Nous avons débattu dans les chapitres précédents de l’importance des paroles d’amour et de rapprochement, ainsi que de celles dont on a besoin pour exprimer nos attentes et demandes, ou encore, dans le même ordre, nos remarques ainsi que reproches. Le point commun de ces deux genres de discussion est que l’interlocuteur parle en fait […]
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur print

CONVERSER POUR FAIRE PLUS AMPLE CONNAISSANCE

Nous avons débattu dans les chapitres précédents de l’importance des paroles d’amour et de rapprochement, ainsi que de celles dont on a besoin pour exprimer nos attentes et demandes, ou encore, dans le même ordre, nos remarques ainsi que reproches.

Le point commun de ces deux genres de discussion est que l’interlocuteur parle en fait de lui-même et se sent donc entité séparée de son conjoint.
De par la demande et l’attente l’accent est mis sur ce qui me manque et demande à être comblé.
De même, lorsque l’on exprime son amour pour l’autre, l’accent est mis sur notre ressenti positif : l’amour que l’on porte et que l’on ressent. Comme le dit si bien la Hassidout : il faut exister pour aimer.

Il existe une troisième forme de communication, à travers laquelle l’on s’élève à un autre niveau. A travers elle le « moi » privé de chacun se confond en une entité unique.
Ce qui ressort de ce genre de conversation est le fait que nous sommes une seule et même personne, que nous sommes ensemble.
Ma propre personne est mise de côté, le monde de mon conjoint m’est très important, car mon conjoint est en fait moi même.

Les paroles prononcées dans ces conversations mettent en valeur le lien qui unit le couple ainsi que la beauté de l’identification existante entre les deux : « Nous sommes ensemble pour la vie », « Tu es ma moitié », « Je ressens et suis concerné par ce que tu ressens », « Je suis heureuse lorsque tu es heureux ».

Ces phrases mettent en valeur la foi de base de notre couple : le fait que nous soyons ensemble, non parce que l’on s’est choisis, mais car nous sommes une seule et même âme.

Lorsque l’on dévoile cette dimension, les conversations s’appliquent alors à comprendre ce que le second ressent, le monde qui l’habite. Chacun essaye alors de bien écouter et de s’identifier à son conjoint.
Lorsque l’un prend la parole, le second se doit d’écouter attentivement et s’identifier à lui.

Le but n’est alors pas de donner des conseils ou d’amener des solutions, mais de montrer que l’on comprend et s’identifie. De façon naturelle, après avoir écouté attentivement, l’on peut émettre des idées, des encouragements, mais l’identification n’en reste pas moins primordiale.

Si celui à qui l’on parle est concentré sur lui-même, il aura tendance à prendre ce qu’il entend pour des reproches ou encore à se sentir attaqué.
Par exemple si la femme fait part à son mari de difficultés qu’elle ressent par rapport aux enfants, celui ci risque alors de rétorquer : « Qu’attends tu de moi ? tu sais bien que je ne peux pas être à la maison pour t’aider dans ces heures là …»

L’art de la vraie écoute implique que lorsque l’un des deux exprime une difficulté, une douleur ou une honte, le second se sente également impliqué.
Se projetant dans la même situation il sera capable de comprendre ce qu’il aurait ressenti s’il avait été à la place de son conjoint. Même s’il ne peut rien faire, l’identification et la solidarité joueront un rôle primordial.

Celui qui prend la parole doit également apprendre de quelle façon le faire : en effet l’accent ne sera pas mis sur l’attente que l’on pourrait avoir envers l’autre, mais bien sur le propre ressenti lui-même, ce qu’il se passe en nous, ce qui nous est important, etc.

A l’inverse des paroles qui développent les sentiments de compréhension et d’identification, se trouvent celles qui créent un fossé entre nous. « Dommage que nous nous soyons mariés », « J’étais bien mieux sans toi » ne provoquent qu’éloignement.
Il arrive que l’on prononce de telles paroles sans se rendre véritablement compte, mais que l’on regrette aux vus du fossé intérieur creusé entre nous.

Le couple se doit de fixer des moments réguliers au cours desquels il entretiendra des discussions d’approfondissement de la connaissance de l’autre ainsi que d’identification. Ces conversations approfondissent les liens qui tissent la toile de l’harmonie du couple.

Plus l’on sera soucieux de mener des discussions de la bonne façon, plus l’on aura le mérite de voir se réaliser : « S’ils sont méritants la présence Divine réside en eux ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller au contenu principal